Culte du dimanche 19 avril 2020

Pasteure: Claudine Masson-Neal
Musique: Sylviane Dajoz    

     

          Joyeuse nouvelle pour les vivants de partout ! 
               C’est Pâques ! Jésus est ressuscité !

 

Vous pouvez télécharger le texte complet au format pdf

Prélude musical

 

Accueil  
Bienvenue à chacune et chacun. Depuis une semaine la bonne nouvelle de Pâques retentit au-delà de notre demi-confinement, au-delà de notre distanciation sociale. La résurrection, nous y sommes trop habitués ou alors tellement incroyable ? Heureusement que ce matin nous pouvons être ensemble, via les écrans, pour avancer ensemble sur le chemin ouvert par Pâques. Et le Ressuscité nous accompagne.

Invocation
Jésus, tu es passé par toutes nos morts et tu es vivant à jamais avec nous.
Jésus, tu nous salues, comme tu as salué les femmes au matin de Pâques et tu nous accueilles ce matin tels que nous sommes, avec nos oscillations entre le doute et la jubilation.
Jésus, tu nous dis : « ne craignez pas ! » quand nous faisons face à notre existence avec ses angoisses, ses questions et ses incertitudes.
Jésus, tu viens nous rappeler ce matin que ta résurrection écarte les pierres de nos cœurs et nous ouvre à l’espérance.
Jésus nous te remercions Amen
Et nous chantons au cantique 34/26 les 4 premières strophes.

 

Cantique 34/26 st. 1 2 3 4

Christ est vraiment ressuscité !
Ne cherchons plus à la tombe¨
Il est vivant dans la gloire.
Alléluia ! Alléluia ! Alléluia !

Christ est vraiment ressuscité !
Le premier né de ce monde
A demeurer près du Père.
Alléluia ! Alléluia ! Alléluia !

Christ est vraiment ressuscité !
Il nous appelle à renaître
Selon l’esprit du Royaume.
Alléluia ! Alléluia ! Alléluia !

Loué sois-tu, ô Jésus-Christ !
Quand nos regards de recherchent
Au fond des cœurs tu habites.
Alléluia ! Alléluia ! Alléluia !

 

Lecture

Pierre 3 v. 3 à 9

3 Béni soit Dieu, le Père de notre Seigneur Jésus Christ :
dans sa grande miséricorde, il nous a fait renaître
pour une espérance vivante, par la résurrection de Jésus Christ d’entre les morts,
4 pour un héritage qui ne se peut corrompre, ni souiller, ni flétrir ;
cet héritage vous est réservé dans les cieux,
5 à vous que la puissance de Dieu garde par la foi
pour le salut prêt à se révéler au moment de la fin.
6 Aussi tressaillez-vous d’allégresse
même s’il faut que, pour un peu de temps, vous soyez affligés par diverses épreuves,
7 afin que la valeur éprouvée de votre foi – beaucoup plus précieuse que l’or périssable qui pourtant est éprouvé par le feu –
obtienne louange, gloire et honneur lors de la révélation de Jésus Christ,
8 Lui que vous aimez sans l’avoir vu,
en qui vous croyez sans le voir encore ;
aussi tressaillez-vous d’une joie ineffable et glorieuse,
9 en remportant, comme prix de la foi, le salut de vos âmes.

 

Et nous chantons 2x le cantique 61/77

Cantique 61/77 (chanté 2 x)

Alléluia

 

Prière de louange (inspiré de F. Carillo)
Christ, Lumière du monde, Parole profonde
Tu es la joie qui relève, la vie qui passe l’ombre et la force du pas suivant. Tu es la racine et l’appel, l’ancre et le large, la terre promise et le voyage. Tu viens guérir nos somnolences et nous réveiller de nos absences. Loué sois-tu !
Christ, Lumière du monde, Parole profonde.
Dans la paille de nos jours, dans les failles de l’amour et dans tout ce qui est lourd, tu sauves en nous la louange qui nous met debout. Loué sois-tu !
Christ, Lumière du monde, Parole profonde.
Tu nous offres la vie, le mouvement et l’être. Tu nous traverses du Souffle où toute détresse devient promesse. Loué sois-tu !
Christ, Lumière du monde, Parole profonde.
Tu nous inonde de ta paix. Loué sois-tu Amen

Et nous chantons 2x le cantique 61/77

 

Répons 61/77 (chanté 2x)

Alléluia

 

Lectures

Marc 16 v. 1 à 8
1 Quand le sabbat fut passé, Marie de Magdala, Marie, mère de Jacques, et Salomé achetèrent des aromates pour aller l’embaumer.
2 Et de grand matin, le premier jour de la semaine, elles vont à la tombe, le soleil étant levé.
3 Elles se disaient entre elles : « Qui nous roulera la pierre de l’entrée du tombeau ? »
4 Et, levant les yeux, elles voient que la pierre est roulée ; or, elle était très grande.
5 Entrées dans le tombeau, elles virent, assis à droite, un jeune homme, vêtu d’une robe blanche, et elles furent saisies de frayeur.
6 Mais il leur dit : « Ne vous effrayez pas. Vous cherchez Jésus de Nazareth, le crucifié : il est ressuscité, il n’est pas ici ; voyez l’endroit où on l’avait déposé.
7 Mais allez dire à ses disciples et à Pierre : “Il vous précède en Galilée ; c’est là que vous le verrez, comme il vous l’a dit.” »
8 Elles sortirent et s’enfuirent loin du tombeau, car elles étaient toutes tremblantes et bouleversées ; et elles ne dirent rien à personne, car elles avaient peur.

Marc 16 v, 9 à 13
9 Ressuscité le matin du premier jour de la semaine, Jésus apparut d’abord à Marie de Magdala, dont il avait chassé sept démons.
10 Celle-ci partit l’annoncer à ceux qui avaient été avec lui et qui étaient dans le deuil et les pleurs.
11 Mais, entendant dire qu’il vivait et qu’elle l’avait vu, ceux-ci ne la crurent pas.
12 Après cela, il se manifesta sous un autre aspect à deux d’entre eux qui faisaient route pour se rendre à la campagne.
13 Et ceux-ci revinrent l’annoncer aux autres ; eux non plus, on ne les crut pas.

Marc 16 v. 14 à 20
14 Ensuite, il se manifesta aux Onze, alors qu’ils étaient à table, et il leur reprocha leur incrédulité et la dureté de leur cœur, parce qu’ils n’avaient pas cru ceux qui l’avaient vu ressuscité.
15 Et il leur dit : « Allez par le monde entier, proclamez l’Evangile à toutes les créatures.
16 Celui qui croira et sera baptisé sera sauvé, celui qui ne croira pas sera condamné.
17 Et voici les signes qui accompagneront ceux qui auront cru : en mon nom, ils chasseront les démons, ils parleront des langues nouvelles,
18 ils prendront dans leurs mains des serpents, et s’ils boivent quelque poison mortel, cela ne leur fera aucun mal ; ils imposeront les mains à des malades, et ceux-ci seront guéris. »
19 Donc le Seigneur Jésus, après leur avoir parlé, fut enlevé au ciel et s’assit à la droite de Dieu.
20 Quant à eux, ils partirent prêcher partout : le Seigneur agissait avec eux et confirmait la Parole par les signes qui l’accompagnaient.

 

Prédication

Claudine Masson-Neal

La pierre a été poussée de devant le tombeau de notre cœur. Nos cœurs sont ouverts. Les femmes viennent et se demandent comment rouler la pierre et finalement c’est celle de leur cœur, Et quand je dis cœur ce n’est pas seulement les sentiments. C’est toute la personne : ma pensée, mes sentiments, qui je suis. C’est la pierre de leur cœur, du tombeau de leur cœur, qu’elles devront rouler ou plutôt laisser rouler ; réaliser qu’elle est roulée. Elles viennent pour donner les derniers soins à un mort. Jésus étant mort juste avant le shabbat, elles n’ont rien pu faire parce que, pendant le shabbat on ne fait rien. En ces temps nous redécouvrons ou découvrons de plus en plus comme il est important de dire adieu, de prendre congé, de s’occuper de quelqu’un qui est décédé.
Elles entrent, le tombeau est ouvert. Elles sont tellement habitées comme par une pensée unique ; donner les derniers soins à Jésus, qu’elles ne se posent même pas de question. Le tombeau est ouvert, elles entrent. Et là : un vivant. Un messager, on pourrait dire un ange c’est le même mot. Un jeune homme habillé de blanc. Et c’est la peur qui d’abord les habite. Et le premier mot du messager c’est : n’ayez pas peur ! Parce qu’à travers son messager Dieu les rejoints dans leur sentiment. Il nous rejoint dans nos sentiments. Il n’y a pas de condamnation car quand j’ai peur, j’ai peur. Et la peur, elle peut être bonne. Elle peut être signe de vie. Actuellement la peur que nous avons de tomber malade ou de rendre malades les autres du corona virus fait qu’on fait attention, qu’on se lave les mains, qu’on laisse les distances. Et c’est une bonne chose, C’est une peur porteuse de vie. Mais il peut y avoir une peur qui finalement nous empêche de vivre et qui n’a pas de raison d’être. Alors le messager continue : Regardez, vérifiez. Elles ne se sont pas trompées de tombeau. C’est bien là qu’il était Jésus. Il est revenu à la vie.
On sait l’importance de la vue. On dit je l’ai vu, je l’ai vu à la télévision donc c’est vrai. Même si on sait qu’on peur truquer des images. Et puis le message : il vous attend en Galilée. Et la Galilée c’est là où tout a commencé. Elles sont montées de Galilée à Jérusalem, à la suite de Jésus. C’est là où elles habitent. C’est là où elles ont leur maison, leur vie, leurs amis, leur famille. C’est dans nos vies que le Ressuscité nous attend. C’est là où il veut vivre avec nous. Là où nous le voyons, là où nous le verrons, quand nous y serons prêts.
La peur est encore la plus forte. Elles ne comprennent rien. Et puis elles ont peut-être peur qu’on ne les prenne pas au sérieux. Dans les autres évangiles elles vont le dire et on dit qu’elles sont complètement folles. Et je les comprends car j’aurais réagi comme elles. Quand je ne comprends pas, quand tout me dépasse, je me tais. Et le temps est donné toujours. Mais la nouvelle est venue jusqu’à nous, Et pour moi finalement, elles ont donc parlé. Pour moi c’est vraiment important que les femmes aient eu peur. Parce que pour moi, c’est ce qui signifie que Pâques est vraiment vrai. Si elles avaient tout de suite commencé à louer Dieu, j’aurais de la peine à croire, Cela me semblerait un récit pas naturel, pas normal. Mais là par leur réaction elles me disent, elles nous disent que Pâques n’est pas une vieille légende ou une belle histoire. Mais qu’elle est valable pour nous. Le ressuscité, le vivant nous attend dans nos vies. Il est prêt à nous accompagner. Et nous sommes là pour vivre de sa présence. Et si dans nos cœurs, il habite et bien simplement par ce que nous sommes, nous témoignons.
Je vous ai dit qu’elles ont parlé. Mais finalement peut-être pas. Mais quand notre Dieu a un message de vie à nous transmettre, aucune pierre n’est trop lourde ou trop épaisse pour empêcher son message de passer. Il insiste, tout en nous respectant, en respectant nos rythmes. Il essaie d’une autre manière, par d’autres personnes. Et finalement, c’est ce que nous dit la fin de cet évangile de Marc, qui a probablement été ajouté après mais ce n’est pas le plus important. Car c’est un texte reconnu, porteur de sens et de vie pour nous.
Alors, après avoir envoyé un messager, Jésus vient en personne. Et il vient vers Marie de Magdala, une proche, une personne qu’il a guérie. Une personne qui a vécu dans sa propre vie un miracle. C’est peut-être plus facile de faire confiance à un autre miracle. Quels sont les miracles ? les événements particuliers, il n’y pas besoin que ce soit extraordinaire, que Dieu a accomplis dans nos vies. De plus Marie seule, elle plus concentrée. Elle n’a pas les autres où…on sait très bien que la peur elle peut être contagieuse. Elle voit. Elle comprend, Peut-être pas tout mais en tout cas, elle va un pas de plus. Elle va dire. Elle va dire aux disciples en pleurs. Et c’est important qu’ils soient en pleurs. Parce que pour eux, Jésus est vraiment mort. Ils n’attendent plus rien. C’est important. Car nous qui lisons chaque année l’évangile de Pâques, qui le savons. Eh bien, il y a toujours le risque que ça devienne une habitude. Est-ce que nous sommes vraiment encore étonnés devant la pierre roulée ? Est-ce que, est-ce que nous comprenons que l’inattendu surgit ? Quelque chose de vraiment autre. Qui n’a pas de parole, qui est là. Mais qui est vraiment hors de l’habitude, ce qui veut dire de miraculeux. La peine des disciples et leur peine à comprendre m’aide à me rendre compte toujours plus de toute la richesse et de la nouveauté de la résurrection, de son unicité aussi. Marie elle voit. Elle a vu. Elle comprend : il est vivant. De nouveau l’importance de la vue. Ils ne croient pas et la plupart d’entre eux non.
Alors le ressuscité se montre à deux marcheurs, d’une manière différente. Nous avons le récit de cette rencontre de manière plus détaillée chez Luc. Ce n’est pas une apparition subite. Mais quelqu’un qui marche. Qui rejoint les marcheurs à leur pas, à leur rythme, au rythme de leurs questions, de leurs réponses. Très loin d’un Jésus étincelant et glorieux. Au cœur de nos courses il vient et inscrit sa vie. Différent par l’aspect ou peut-être par ce que nous attendons. Mais à part eux, il n’y a toujours pas de foi. Est-ce que je fais confiance, est-ce que je crois à ce que me disent mes frères et sœurs ? Parce que tout se passe dans ces récits après résurrection dans le groupe des proches de Jésus. Est-ce que je fais confiance à ce que mes frères et sœurs me disent de leurs cheminement et découvertes de foi ? Est-ce qu’ils sont mes alliés pour connaître toujours mieux le ressuscité et son projet. Parce que la communauté c’est important.
Et puis, finalement, puisqu’ils ne croient toujours pas, Jésus vient les rencontrer tous, le cercle des plus proches, les onze, Il leur reproche justement de n’avoir pas cru leurs frères et sœurs. Importance de la communauté. Mais c’est à ces manquants de foi, à ces manquants de cohésion que Jésus donne une mission. C’est eux qu’il envoie. Il n’envoie pas des super hommes, des super femmes, des super héros, des super croyants. Il m’envoie moi, Il t’envoie toi. Avec nos doutes : est-ce que c’est vrai ? Est-ce que je saurai ? Est-ce que je serai capable ? Avec nos regrets : j’aurais dû, j’aurais pu. Avec toutes nos imperfections. Mais c’est nous, tels que nous sommes aujourd’hui qu’il envoie annoncer sa résurrection, sa vie, un message qui sauve celui qui l’accepte. Il n’y a jamais de passage en force. La suite appartient à l’autre et à Dieu.
Et puis : oups ! Ils peuvent guérir les malades. En ce temps de Covid 19, en ce temps d’épidémie, est-ce qu’on pourrait être plus forts que le virus ? Est-ce qu’on manque de foi ? Non, nous ne manquons pas de foi. Non des signes sont parfois donnés pour donner plus de poids aux paroles. Mais c’est juste un signe. Et il ne s’agit pas de poser les mains sur les malades et de tomber malades nous aussi. Ça serait encore pire.
Je me suis arrêtée au signe du serpent et au signe du poison. Le serpent est souvent le symbole du mal. Il ondoie, C’est celui qui dit à Eve : Dieu vous a bien interdit de manger de tous les arbres… C’est celui qui dit ; t’es vraiment sûre d’être capable ? Si tu ne partages pas, tu auras quand même un peu plus. Si jamais il manquait. Et Jésus : il a vraiment dit ça ? Un poison que le mal essaie de nous faire boire, que nous ingurgitons. Et la bonne nouvelle de Pâques, c’est que le mal n’a plus de pouvoir. Nous pouvons le prendre dans nos mains comme un serpent qu’on lèverait pour l’enlever de l’endroit où il sévit, lui tordre le cou. Et puis toutes ces pensées comme un poison en nous ne nous égarerons pas, parce que le mal a perdu la partie. Nous avons des sucs digestifs spirituels assez forts pour tuer le poison. Ce n’est pas le Covid 19 que nous pouvons tuer mais des phrases comme : ceux qui sont encore infectés aujourd’hui, c’est qu’ils ont mal suivi les consignes. C’est un peu bien de leur faute. Ils se sont certainement réunis à tout un grand groupe. Ou bien alors : oh attention, c’est bien chez moi il n’y a pas de soignant qui habite. Et je ne vais surtout pas proposer quelque chose à un soignant, il pourrait me rendre malade. Il n’y a pas que des maladies physiques.
Et Jésus ayant donné une feuille de route assez large s’en va. Car la Résurrection ce n’est pas une poursuite de la vie avec Jésus, avec le Jésus terrestre, comme les onze ont vécu pendant trois ans. La résurrection nous ressuscite à quelque chose de nouveau. Les pierres qui fermaient nos cœurs, qui nous disaient que ce n’était pas possible, pas permis, Certaines certitudes aussi. Cette pierre est roulée. Et nous pouvons accueillir la nouveauté de vie offerte par Jésus. Et puis mon ouverture, eh bien elle va se refléter. Car Jésus nous envoie à la porter plus loin en le vivant. La pierre de nos cœurs est poussée. Et nous pouvons nous en réjouir avec Jésus, avec le ressuscité. Réjouissons-nous et proclamons-le. Amen

 

Méditation

 

Confession de foi
Jésus le Christ s’est livré comme une offrande. Avec le pain et le vin, il a donné la nourriture de Dieu. Avec le bois de la croix et ses bras cloués, il a porté les crucifiés de la terre jusqu’à la maison du Père. Avec la pierre du tombeau il a façonné la porte de la vie. Avec ses mains et ses plaies, avec sa parole et ses paraboles, avec ses miracles et sa présence, avec son corps et son sang, avec son amour et son service, avec sa traversée de la mort, il ouvre pour tous le passage vers la lumière.
A Pâques, Jésus le Christ a commencé et nous sommes appelés à continuer :
En nous dressant, en actes et en paroles, en tous lieux et d’abord en nous-mêmes, contre le mal qui cherche toujours à établir son règne sur les corps et sur les cœurs, par la haine, par la misère, par l’exploitation, par l’oppression …
En mettant notre foi et notre espérance en Jésus le Christ nous affirmons que le mal est vaincu. Et que la vie est en train de mûrir au sein même de la mort. Nous croyons que grâces au Christ vivant, nos actes et nos paroles hâtent l’éclosion de la création nouvelle.

Et nous chantons le cantique 34/06 les 4 strophes

 

Cantique 34/06 st. 1 2 3 4

En toi, Seigneur, par ton Esprit
Et par le nom de Jésus-Christ
En un seul corps tu nous unis

Depuis qu’il a vaincu la mort
Tout est changé dans notre sort
Et le plus faible devient fort

Heureux qui t’as donné sa foi
La paix du cœur se trouve toi
Et ton amour devient sa loi l

Alléluia ! (Chanté 6x)

 

Intercession et Notre Père

Jésus, tu étais mort et tu es ressuscité, tu es vivant. Alléluia. Alors :
Aide-nous à voir désormais le monde avec les yeux de la vie et non de la mort.
Aide-nous à vivre libérés de la peur pour construire avec tous les humains un monde d’espérance.
Aide-nous à donner non pas ce que je possède mais ce que je suis, ce que Seigneur tu m’as fait être.
Aide-nous à lutter contre tout ce qui écrase, divise, opprime et pour tout ce qui ressuscite, relève, unit et réconcilie.
Aide-nous à croire en la tendresse et la fidélité du Père. Là où tombe sur mon existence la nuit du doute, de l’épreuve et de la souffrance.
Et nous te remettons spécialement les malades, les personnes en deuil en ce temps où il est particulièrement difficile de prendre congé de ceux qui nous quittent. En cd temps de confinement nous te prions pour les familles séparées et ceux et celles qui sont tout seuls.
Aide-nous à ressusciter sans cesse à travers les épreuves et les joies.
Et ensemble nous te disons :
Notre Père qui est aux cieux que ton nom soit sanctifié
Que ton règne vienne,
Que ta volonté soit faite sur la terre comme au ciel
Donne-nous aujourd’hui notre pain de ce jour
Pardonne-nous nos offenses comme nous pardonnons nous aussi à tous ceux qui nous ont offensés
Ne nous laisse pas entrer en tentation mais délivre- nous du mal
Car c’est à toi qu’appartiennent le Règne, la Puissance et la Gloire pour les siècles des siècles. Amen

 

Annonces
En ce temps spécial notre paroisse a vraiment besoin de votre soutien financier, Merci de votre générosité à notre CCP.
Nous vous rappelons notre newsletter qui permet de garder nos liens.
Corinne vous accompagnera lors du culte « online » de dimanche prochain.
Merci à Sylviane pour l’accompagnement musical et à Gabriel pour son soutien technique.

 

Cantique 34/18 st. 1 2 3

Refrain : A toi la gloire, ô Ressuscité !
A toi la victoire pour l’éternité

A toi la gloire, ô Ressuscité !
A toi la victoire pour l’éternité !
Brillant de lumière l’ange est descendu.
Il roule la pierre du tombeau vaincu.
Refrain

Vois-le paraître : c’est lui, c’est Jésus,
Ton Sauveur ton maître, oh ! ne doute plus.
Sois dans l’allégresse, peuple du Seigneur,
Et redis sans cesse : le Christ est vainqueur !
Refrain

Craindrais-je encore ? Il vit à jamais,
Celui que j’adore, le prince de paix.
Il est ma victoire mon puissant soutien,
Ma vie et ma gloire : non je ne crains rien.
Refrain

 

Envoi – Bénédiction
Jésus est vivant. Le soleil de Pâques se lève sur nos cœurs. Jésus est vivant. La vie commence à gagner sur la terre entière.
Jésus vivant nous accompagne. Il vient partager notre vie quotidienne. Il nous donne sa paix, son amour et sa joie. Il nous bénit.

 

 

Postlude musical